1
2
3


Septies, la désastreuse

Messages : 42
Crédit : 2147483647
avatar
Compte fondateur
Voir le profil de l'utilisateur http://ozeriah.kanak.fr
Mer 16 Mar - 14:07
L'histoire de Septies
« Révolution et destruction »

Autrefois, Septies était une planète prospère. Les domaines de la science et de la médecine étaient extrêmement développés et peu de citoyens mouraient de faim. Les spations vivaient une ère de paix. Combien de temps cette situation dura-t-elle ? Vraisemblablement pas assez longtemps, compte tenu du degré actuel de chaos.

Comment une planète avec une telle évolution a-t-elle pu se retrouver sous le joug de la Discorde ? Il a d'un dirigeant, un seul. Tout se transforma si vite que personne n'eut le temps de réagir, ou en tout cas trop faiblement. N'ont-ils pas réalisé ce qui leur arrivait ? Avec précaution, Klargion a mijoté une politique qui a vite divisé la population après son élection.

Il avait du charisme, de l'éloquence et de la prestance. Tout le monde l'aimait -ses conseillers politiques comme son peuple. Mais pour le bien de leur planète, il divisa peu à peu les classes sociales selon divers niveaux de richesses. Dans quel but ? Optimiser la vie de la cité. Les plus pauvres virent leur lieu de vie rasé et remplacé par des bâtiments de grande envergure. Ils furent déplacés à la périphérie de la ville. Cela semblait être une bonne idée pour tout le monde. Ils avaient désormais des maisons propres, modernes et neuves. Cependant, le prix de ce nouveau logement incluait de prendre un travail choisi par l'État. Certains trouvèrent un emploi convenable et bien payé tandis que d'autres se virent assignés aux usines et à la déchetterie de la ville principale. Mais ce n'était pas si grave, parce que ceux qui avaient été au chômage pouvaient enfin gagner de l'argent et subvenir à leurs besoins. Était-ce une si mauvaise chose ? Non. Néanmoins, cela commença à titiller les esprits les plus avertis.

Isoler les plus pauvres n'était que le commencement. Une usine fut installée à côté des quartiers résidentiels les plus défavorisés de la Capitale. Elle polluait l'atmosphère et les résidus étaient jetés dans une déchetterie, à peine plus loin. Puis, des gardes se virent assignés aux entrées des quartiers riches afin d'empêcher les classes dites inférieures de pénétrer dans le secteur. L'excuse était qu'ils voulaient "dégrader" ceux-ci.

De plus en plus de tâches ingrates furent assignées à la « basse classe ». On leur disait qu'obéir, c'était prouver leur redevance à leur bienfaiteur Klargion. Si l'un de ces habitants dit de « basse classe » venait à refuser une de ces obligations, il voyait son salaire habituel réduit. Puis, les sanctions se firent de plus en plus lourdes, allant jusqu'à un emprisonnement durant lequel ils étaient « rééduqués ».

Ensuite, une loi sur le nombre de naissances vit le jour. Elle concernait les moins riches et visait donc à diminuer le taux de pauvreté. Elle avait également pour but de remédier aux problèmes des maisons parfois trop grandes. Celles-ci furent réaménagées pour n'accueillir qu'un couple et un enfant.
Ainsi, les enfants majeurs étaient redirigés vers d'autres habitations, et bénéficièrent d'un travail assigné par l’État. Les enfants les plus âgés des familles nombreuses furent envoyés dans une pension, où ils étaient formés et éduqués non seulement pour respecter le quota obligatoire, mais également pour améliorer leurs compétences : ils devaient être plus utiles à la société. Beaucoup de ces jeunes gens purent gravir les échelons, parfois jusqu'à appartenir aux classes moyennes.

Finalement, le mariage interclasses fut interdit. Tous les citoyens devaient porter un badge numérique pour que leur position soit contrôlée de manière constante dans la Capitale -afin de stopper les exactions ayant déjà eu lieu dans les quartiers riches. Des groupes anarchistes et révolutionnaires se créèrent et grossirent, petit à petit. Lorsque les puces électroniques devinrent obligatoires, même de riches spations furent contrôlés. Mais cela ne les empêchaient pas d'agir dans leur coin, préparant une révolution.

Pourquoi les riches se sont-ils impliqués dans cette bataille ? La raison est très simple. Les spations de lettres et déjà engagés politiquement voyaient une politique de censure s'immiscer dans leurs actions. Les écrivains un peu trop surveillés et récusés commencèrent à bouillir, tout comme certaines maisons d'édition, parfois. En outre, la famille politique opposée à Klargion disparaissait peu à peu. C'était trop étrange pour être innocent.

Les manifestations et les actes révolutionnaires se firent de plus en plus violents. La Capitale commença à couler et afin de ne pas alarmer les autres habitants de la planète, Klargion censura la presse. Mais ce fut une erreur tragique qui détermina bien vite l'histoire de Septies. Les partis révolutionnaires s'étendirent sur toute la planète en peu de temps. Klargion tomba et plus personne ne vint au pouvoir. La Capitale était dévastée. Il ne restait que des débris, des cendres et des cadavres. Les bâtiments les moins abîmés servaient désormais de refuge aux habitants en alerte.

Aujourd'hui, c'est la loi du plus fort et le culte du Chaos qui règne sur Septies. Il est impossible d'estimer le nombre d'années écoulées depuis la chute de Klargion. Une seule chose est sûre, si la situation venait à évoluer, personne n'oublierait ces temps troublés qui agitèrent Septies.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 

Septies, la désastreuse